stop linky 83 le blog

stop linky 83  le blog

A propos du déclassement des compteurs

0 appréciations
Hors-ligne
Déclassement non autorisé des anciens compteurs ? Et si on allait plus loin pour nous ouvrir une nouvelle voie de défense contre le déploiement des compteurs linky ?

Par le contrat de concession énédis a l'exploitation exclusive de toutes les installations appartenant aux collectivités ou à leur groupement. Le remplacement du matériel défaillant, dangereux ou usé de ces installations et leur entretien leur incombe. Charge à eux de les recycler ou détruire dans la mesure ou le nouveau matériel mis en remplacement est dit de retour, c a d qu'il devient propriété des collectivités. Ce point est pourtant totalement différent et non valable dans le cas du déploiement des linky car dans ce cas le matériel de comptage retiré est en bon état de marche, un accord de déclassement du propriétaire légal est nécessaire car, également, du point de vue comptable il y a le problème de rentabilité économique:
1. La durée de vie des linky est largement inférieure à celle des compteurs non communicant
2. Les contrats de concession passés avec énédis n'ont aucune obligation d'être reconduits, ni dans les termes ni dans l'acte lui-même
3. De nombreux contrats arrivent très prochainement à échéance
4. En cas de non reconduction du dit contrat le propriétaire légal (la collectivité) se retrouvera avec un système de comptage à changer à ses frais dans 12ans, bien plus tôt que les anciens compteurs (un plan comptable d'une totale hérésie pour n'importe quel expert comptable
5. Il suffit de lire le rapport technico économique publié par la CRE et réalisé par Capgemini Consulting qui parle de bon nombre d'anciens compteurs non encore amortis dans leur totalité.
6. Et je ne parle pas des concentrateurs qui ont une durée de vie de 7 ans et que ces collectivités devront changer
7. Tous ces remplacements seront donc aux frais des collectivités donc à nos frais
Mais il y a encore plus grave, les centres de gestions, ses matériels, son personnel, ses logiciels et protocoles de dialogue ne sont pas des biens de retour ce qui revient à rendre ces contrats de concession indispensables et obligatoires pour les collectivités qui n'auront d'autres choix que de les subir mais surtout d'en accepter tous les termes et les conditions financières imposées par énédis. D'un contrat passé entre 2 “partenaires” nous passerons à un contrat entre un “soumis” et une entreprise en abus de dépendance économique absolument interdit par L’article L 420-2 du code du commerce, modifié par l'article 40 de la loi n°2005-882 du 2 août 2005 également en infraction au même code pour abus de position dominante ou exploitation abusive de position dominante.

Alors ? On continue notre combat ou on baisse les bras ? On est bien d’accord !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 165 autres membres